Loyer impayé : que faire en cas de non-paiement ?

Chaque bailleur peut, un jour, être concerné par le problème du locataire qui ne paie pas ses loyers. Or, les investissements locatifs étant en recrudescence, connaitre les parades avant de se lancer dans un tel projet peut paraitre judicieux. Car concrètement, quelle est la marche à suivre quand un locataire ne peut pas ou ne veut pas payer le loyer ? 

Quelles solution quand un locataire ne paie pas son loyer : 

Quand on est propriétaire et que l’on met un bien en location, on pense aux revenus passifs, aux travaux de maintenance qu’il va falloir réaliser pour que le bien conserve sa valeur ou encore à trouver de bons locataires. 

Personne ne se lance dans ce type de projet en se disant qu’un jour, il aura recours à un avocat pour recouvrer ses loyers impayés. Pourtant, quand toutes les autres étapes ont échoué, il est parfois impératif d’en arriver là, pour se débarrasser d’un mauvais payeur. 

En première instance, bien entendu, le propriétaire doit prendre contact avec son locataire, quand il constate que le loyer n’a pas été payé. Le plus souvent, c’est d’ailleurs ce dernier qui prend les devants, s’il rencontre une difficulté financière passagère. Même si la situation est pénible, le propriétaire a tout intérêt à trouver une solution à l’amiable. Les locataires savent l’importance d’avoir un toit sur la tête et les études prouvent que le paiement du loyer arrive en premier sur la liste des charges fixes.

 Il peut être efficace de trouver une solution qui va satisfaire les deux parties, quitte à proposer un nouvel échéancier, pendant une période donnée, en fonction des possibilités financières du locataire si celui-ci s’engage à ce que la situation ne soit que temporaire. 

Bailleurs : les astuces pour lutter contre les mauvais payeurs :

Pourtant, quand le locataire reste sourd à cette sollicitation, il faut agir pour que la situation n’empire pas. Impossible de passer uniquement par l’envoi de mail ou les appels téléphoniques. Il faut faire un premier courrier recommandé avec accusé de réception, sommant le locataire de payer ce qu’il doit. 

Après le premier courrier officiel, il faut alors, si celui-ci reste lettre morte, passer à l’étape suivante qui consiste à faire une lettre de mise en demeure. C’est l’ultime étape dans les négociations à l’amiable, avant de se tourner vers le judiciaire. 

L’intervention d’un tiers ; avocat le plus souvent ; permet au propriétaire confronté au problème de rester serein dans cette situation qui est désagréable à tous points de vue. 

Il n’a pas à se confronter à son locataire, a l’assurance d’obtenir gain de cause, dans le recouvrement de ses loyers impayés. Même si ce service est payant, le propriétaire a tout à gagner à y avoir recours, quand il sait qu’il a besoin d’aide. 

Ne serait-ce que dans la teneur des propos d’une lettre officielle, le locataire comprend rapidement qu’il n’aura pas l’ascendant et peut trouver une solution plus rapidement pour trouver de l’argent, dans le but de payer ses loyers. 

  • Mes articles

Bienvenue sur Libération de la Croissance, dédié à l’univers business, nos experts vous partagent leurs expériences, savoir dans leurs domaines d’expertises respectif.
Pour ma part, je m’occupe de la partie Finance & Économie, qui sont aujourd’hui mes deux activités principales.

×

Bienvenue sur Libération de la Croissance, dédié à l’univers business, nos experts vous partagent leurs expériences, savoir dans leurs domaines d’expertises respectif.
Pour ma part, je m’occupe de la partie Finance & Économie, qui sont aujourd’hui mes deux activités principales.