Gagner de l’argent avec Instagram : le guide influenceur 2021

Depuis sa création en 2010, Instagram séduit. Partage de photos et de vidéos sont la base de cette application qui se veut, aujourd’hui encore, un réseau social très à la mode pour les particuliers, mais aussi pour les pros.

A tel point que certaines personnes, adeptes de la formule, arrivent à monétiser leur compte. Comment faire, pour gagner de l’argent sur Instagram, vous demandez-vous peut-être si vous y allez tous les jours, pour mettre vos clichés. Allez, on vous aide…

Comment monétiser son compte Instagram : les étapes

Il y a un fossé entre le fait de poster quelques photos de son chien et le fait de pouvoir gagner de l’argent grâce à Instagram. Il est donc important, quand on souhaite mettre son activité en avant, de connaitre quelques astuces, afin de rendre son compte Instagram monétisable, sur le moyen et long terme.

Trouver un secteur encore peu exploité (une niche)

Trouver une niche. Voilà bien une expression entrepreneuriale qui peut laisser dubitatif. Qu’est-ce que cela veut dire et surtout comment faire, dans les faits ? Une niche est quelque chose de peu exploité et qui peut donc susciter la curiosité et l’intérêt d’un certain public.

Pourtant, il est certain que si vous vous spécialisez dans la photographie de tire-bouchons conçus dans les années 1930, votre communauté risque d’être très limitée (quoique).

Il faut donc arriver à tirer profit d’un secteur qui fonctionne (les animaux, le bio, les voyages, les jardins, la gastronomie, le sport…) et vous orienter dans une sous-catégorie du domaine que vous préférez. Si vous voulez faire des photos de jardins, orientez-vous vers des photos en sépia, par exemple, de jardins de curé.

Bien entendu, il faut que la niche choisie vous convienne. Il ne s’agit pas d’une « condition à tout prix » qui va vous rendre malheureux comme les pierres. Dans un réseau social comme Instagram, ce qui fonctionne vraiment, c’est l’amour pour le sujet que l’on perçoit dans les images ou les vidéos.

Constituer une communauté de followers

Si vous connaissez Instagram, vous voyez la multitude de contenus qui sont proposés, par jour. On pourrait même dire qu’Instagram est le Tinder de la photo et de la vidéo.

Difficile, quelquefois de passer à côté de « talents ». Il faut donc s’armer de patience quand on veut fédérer une communauté et surtout ne jamais se décourager. Quoi qu’il arrive, il faut poster de nouvelles images.

Dix, trente, mille, une fois que la communauté s’agrandit, vous ne devez pas décevoir. Conservez toujours en tête la niche que vous avez trouvée et qui commence à fonctionner. Le choix de vos hashtags ne doit pas être négligé et surtout, il est important de trouver et de conserver un ton qui vous est propre. Quelquefois, ce sont aussi ces petites formules qui font la différence entre un autre et vous.

Ne craignez pas la concurrence : c’est avant tout une plateforme d’échange. L’interaction ne peut que vous faire gagner en visibilité, surtout si vous likez et mettez des commentaires sur des images du même secteur que le vôtre.

Si certains followers se contentent d’aimer ce que vous postez, d’autres vont vous envoyer des messages fiévreux. Reprenons l’exemple des photos des jardins de curés.

Vous pouvez avoir un message vous demandant quelle est la fleur que l’on voit en bas à droite. Inutile de vous dire que vous fidélisez votre follower si vous prenez le temps de lui répondre et de l’informer « c’est un œillet mignardise pourpre qui résiste à une température allant jusqu’à -28° ». En posant des questions sur le type de sol qu’il a chez lui, vous pouvez, par exemple lui confirmer qu’il peut en planter.

Si jamais il vous envoie une photo de la plantation, quelques temps après, n’hésitez pas à la publier sur votre fil. C’est de cette manière que se tisse et que se conserve une communauté fidèle.

C’est aussi l’occasion, pourquoi pas, de les faire interagir entre eux, en demandant à tous de publier la photo de leur jardin dont ils sont le plus fier. Les gens adorent participer à des concours et voir figurer sa photo en bonne place sur le fil d’actualité d’une personne que l’on suit de près est toujours très agréable.

Les méthodes possibles pour capter une audience monétisable :

Vous avez une communauté déjà bien établie ? C’est maintenant le moment de passer aux choses sérieuses et de songer à gagner de l’argent sur Instagram. Plusieurs moyens permettent de le faire.

Nous vous donnons ceux qui fonctionnent vraiment et qui consistent en quelque sorte en un passage obligé pour le but final : arriver à monétiser et profiter vraiment de votre compte Instagram pour gagner de l’argent, tous les jours.

L’affiliation :

Non, l’affiliation n’est pas réservée aux professionnels et vous pouvez vous servir de cette méthode pour commencer à gagner de l’argent avec votre compte Instagram. Tout cela avec les photos que vous aimez prendre de votre sujet préféré.

Cela consiste en le fait de toucher une commission, si vous arrivez à faire vendre ; par le biais de votre compte Instagram ; les produits d’une marque ou d’une entreprise.

Est-il besoin de préciser que lesdits produits doivent avoir un rapport direct avec ce que vous mettez en valeur, chaque jour, grâce à vos vidéos et vos photos ?

Vous vous souvenez de ce fameux jardin de curé ou encore de ce follower qui voulait des précisions sur une fleur, en particulier ? Dans le cadre de l’affiliation ; s’il n’est pas toujours possible de travailler avec de gros sites comme Amazon, vous pouvez tenter, par exemple, de vendre ce fameux œillet pourpre, par le biais d’une affiliation avec un gros pépiniériste qui expédie ses produits en ligne.

Mais il est bien entendu préférable de vendre aussi de gros produits ; comme le banc en bois (que vos followers, pour le coup, pourront trouver sur une plateforme de vente en ligne), que l’on voit dans une photo : si pratique et joli pour faire une halte parmi les fleurs.

Combien peut vous rapporter cette méthode ?

Il est impossible de donner des chiffres précis, car cela dépend de la niche choisie, des entreprises que vous mettez en avant, de leur notoriété et des produits vendus, par votre biais.

Il est quand même bon de noter que les produits « réels » rapporteront nettement moins, que les produits numériques. Si les premiers peuvent vous rapporter seulement (et quelquefois moins) 10%, les produits numériques oscillent entre 50 et 100% ; parfois.

Etablir un partenariat avec les marques qui vous ressemblent

Si l’affiliation fonctionne bien et que vous  rapportez des ventes aux entreprises ; cela peut vous permettre de faire quelques partenariats, qui sait. Vous pourrez alors proposer des codes promos pour une durée limitée, histoire de susciter l’acte d’achat impulsif.

Pourtant, pour démarcher les marques, vous devez déjà attendre dans un premier temps d’avoir à minima 4 000 abonnés. Si c’est plus, c’est bien sûr encore mieux, car la marque sera plus impressionnée par 10 000 ou 30 000 followers réguliers que 4, c’est évident. En quelque sorte, à votre niveau, vous devenez un influenceur et les marques peuvent être intéressées.

Mieux vaut bien présenter son offre. Pour cela, quelques règles à respecter : montrer ce que l’on fait et le nombre de personnes qui vous suivent et leur profil.

Les entreprises que vous contactez doivent voir combien de liens ont été mis et ont généré des ventes. Selon votre façon habituelle de travailler sur Instagram, expliquez en quoi un partenariat pourrait être pour elles une véritable plus-value. N’oubliez bien sûr pas de leur communiquer vos coordonnées au cas où elles voudraient en savoir plus (ce qui serait un excellent début).

Combien peut vous rapporter cette méthode ?

Ce type de partenariat encore inconnu en 2014 a été multiplié par 12 en 5 ans. Pourtant, il ne faut pas espérer ; à moins d’avoir plusieurs millions de followers ; quitter votre travail actuel pour vivre d’Instagram. Mais cela peut nettement augmenter vos revenus mensuels.

Si ce que l’on appelle les nano influenceurs ne peuvent espérer gagner qu’environ 300 euros pour une vidéo vantant un produit, il est possible de demander (et d’obtenir) plusieurs milliers d’euros quand on a plus de 30 000 personnes fidèles qui attendent avec assiduité et gourmandise tous vos nouveaux posts.

Vendre ses photos

On l’a compris, Instagram, c’est surtout du visuel. Cela tombe bien, le visuel, c’est ce qui intéresse une bonne partie de la population dont plus particulièrement les jeunes, mais pas uniquement. Les êtres humains aiment regarder. Ils sont attirés par le beau, naturellement.

Certains photographes de renom ont fait poser les plus belles femmes du monde, mais ce ne sont pas forcément ces clichés qui apparaissent sur les murs d’une entreprise, dans le hall d’entrée, ni dans le salon de Monsieur et Madame Tout Le Monde.

Il est quelquefois possible, quand on a un vrai talent et que l’on trouve son public sur Instagram, de développer ce don, pour en faire son métier principal. Vendre ses clichés peut intéresser des magazines de décoration ou de jardin (toujours dans le cas de la niche que nous développons depuis le début, mais il est évident que vous pouvez adapter cela à votre secteur propre), mais il est aussi possible de les exposer dans des galeries virtuelles.

D’autres sites, encore, proposent des défis ou des demandes aux photographes. Ceux qui remportent les défis voient leur photo mise en vente auprès de ceux qui en avaient besoin (dans le cas d’une commande spécifique) ou au plus grand nombre. Le prix de vente est déterminé par le site et il est parfois possible de gagner des sommes rondelettes.

Combien peut vous rapporter cette méthode ?

Vous avez tout intérêt, une fois que vous aurez un nombre conséquent de followers de suivre l’exemple de Daniel Arnold. Après avoir posté des milliers de photos sur Instagram, en ayant une communauté assez active, il a posté une annonce qui disait en substance qu’à l’occasion de ses 34 ans, il mettait en vente toutes les photos qu’il avait pu faire, au prix de 150 dollars, par photo, seulement pour une journée. Qu’il suffisait de lui envoyer une capture d’écran de celle(s) qui plaisai(en)t aux personnes intéressées et qu’il se chargerait de leur envoyer une copie signée en échange d’un virement paypal.

Ce qui, pour lui, était un gag, est devenu un vrai business, car le lendemain, il avait vendu pour 15 000 dollars de photos. Est-ce l’offre limitée dans le temps, couplée au talent du photographe ? Personne ne le sait, mais il va se souvenir longtemps de cet anniversaire.

Sans limite de temps, vous pouvez proposer ce service, indéfiniment ; ce qui revient à vous créer des revenus passifs. N’oubliez pas, si vous envoyez vos photos « physiquement », que vous allez devoir prendre en charge le montant du tirage et de l’envoi. Ne proposez donc pas vos clichés à trop bas prix pour vous faire une marge intéressante.

 

Vendre ses produits ou prestations : le but ultime

L’idée n’est pas d’arrêter l’affiliation ou les partenariats, mais bien de proposer vos propres services contre rémunération. Si cela peut s’entendre sur d’autres plateformes comme Youtube, comment est-il possible de gagner de l’argent avec Instagram avec ses produits ?

N’oubliez pas que vous avez du succès parce que vos photos sont belles (ou atypiques ou bizarres, ou drôles…). En tout cas, suffisamment pour attirer l’intérêt d’un certain nombre de personnes qui n’hésitent pas à entrer en contact avec vous pour vous le signifier, vous demander des informations etc…

Pourquoi ne pas mettre tout cela à profit ? Vous pouvez par exemple proposer des formations pour apprendre à faire de la photo, mais si, au-delà de la photo, c’est votre sujet qui vous intéresse, il vous sera tout aussi possible d’écrire un contenu dense (avec photos) sur la façon dont on peut créer un jardin de curé, les étapes à respecter, le type de terre, les plantes à sélectionner etc… Tout cela sous la forme de « guides » que vous allez vendre.

Vous pouvez vendre des produits dérivés, en lien avec votre compte Instagram : des mugs avec vos photos dessus, pourquoi pas ? Certains sites en ligne permettent de le faire pour pas très chers. Il est alors possible de réaliser une bonne marge à la revente.

Ou les vendre sur des toiles, pour que les gens les exposent chez eux, pour revenir à l’exemple expliqué plus haut. Auquel cas, vous prendrez bien soin de faire des tirages limités, numérotés, comme les grands artistes ; ce qui peut faire monter la cote de vos œuvres. Si un jour, vous devenez très célèbre, ces clichés peuvent se vendre des fortunes.

Combien peut vous rapporter cette méthode ?

Qui peut, mieux que vous, répondre à cette question ? Combien allez-vous vendre vos photos, vos contenus ? Vous seul avez la réponse. S’il ne faut pas « brader »son travail, n’oubliez pas que vous avez quelquefois affaire à des particuliers. Même s’ils aiment ce que vous faites, cela ne veut pas dire qu’ils sont prêts à investir des milliers d’euros dans ce que vous mettrez en vente.

Par contre, vous pouvez aussi vous tourner vers des entreprises, quand vous en serez à ce stade. Peut-être que des structures apprécieront d’afficher vos créations ou que vous pouvez travailler avec des décorateurs d’intérieur pour faire un deux en un ? L’un s’occupe de la maison, pendant que l’autre essaie d’instaurer cet univers si particulier dans le jardin ?

Tout est affaire d’imagination, mais aussi de travail acharné. Car si vous souhaitez gagner de l’argent sur Instagram, vous devez y consacrer du temps et de l’énergie.

Est-ce pour autant insurmontable, sachant que vous allez gagner de l’argent grâce à Instagram avec un sujet qui vous motive, tous les jours ? Il y a fort à parier que non.

  • Mes articles

Bienvenue sur Libération de la Croissance, dédié à l’univers business, nos experts vous partagent leurs expériences, savoir dans leurs domaines d’expertises respectif.
Pour ma part, je m’occupe de la partie Finance & Économie, qui sont aujourd’hui mes deux activités principales.

×

Bienvenue sur Libération de la Croissance, dédié à l’univers business, nos experts vous partagent leurs expériences, savoir dans leurs domaines d’expertises respectif.
Pour ma part, je m’occupe de la partie Finance & Économie, qui sont aujourd’hui mes deux activités principales.